Bertrand Ducourau, le nouveau Conservateur du Patrimoine et Directeur des Musées d'Agde en 5 questions :

Bertrand Ducourau

Le 17 octobre 2016, nous avons eu le plaisir d'accueillir Mr Bertrand Ducourau, Conservateur en Chef du Patrimoine et nouveau directeur des Musées et du Patrimoine d'Agde. Nous lui avons demandé de répondre à cinq questions afin de mieux le connaître et d'en savoir un peu plus sur ses motivations et ambitions concernant le patrimoine et les musées :

1- Mr Ducourau, racontez-nous, en quelques mots, votre parcours professionnel et ce qui vous a amené à postuler à Agde ?

 

J'ai fait des études de droit et d'histoire de l'art, puis ai été reçu au concours de conservateur en 1996.

 

J'ai été pendant treize ans conservateur des monuments historiques en Midi-Pyrénées ; j'ai ensuite été conservateur au Musée National du Château de Pau pendant trois ans, puis directeur des Musées de la Ville de Narbonne. Mon expérience est assez diversifiée, et je crois que la Culture elle-même doit s'attacher à cette diversification.

 

Pourquoi Agde ? Le profil du poste, comme directeur des musées et du patrimoine, collait bien avec mon parcours. Et puis le musée de l'Ephèbe a une réputation bien établie. Il a été remarquablement bien porté par sa conservatrice et est un équipement muséographique de premier plan. Et ensuite le sentiment que de belles choses pouvaient y être réalisées, on ne peut pas postuler quelque part sans un minimum de feeling !

 

2- Quels sont, selon vous, les atouts et les valeurs du patrimoine et des musées d'Agde ?

 

Agde est une ville à l'étalement complexe, une ville où se déclinent le patrimoine monumental et patrimoine naturel -lié à la mer et à l'Hérault. Une politique de mise en valeur du patrimoine peut contribuer à faire un lien entre ces différents ilots urbains, qui ont chacun leur richesse spécifique.

 

3- Quels seront les enjeux et les chantiers prioritaires pour les années à venir ?

 

Il faut établir une nouvelle programmation pour les musées, apporter à leur scénographie les retouches nécessaires. Plus profondément il faut être ambitieux pour eux,  travailler à leur attractivité, afin qu'Agde soit identifiée comme une ville de culture. Cela passe par tout un tas d'actions : expositions, mise en place d'un projet multimédia, contacts avec tous les types de publics. Pour ce qui est du patrimoine, là aussi, il faut le restaurer mais surtout le faire vivre, ce qui sera le grand défi à venir pour ce joyau qu'est la Villa Laurens.

 

4- D'après votre expérience, quelles sont les qualités-clés et comportementales d'un conservateur pour mener à bien les différents projets envisagés ?

 

Les objectifs de l'action culturelle sont d'intérêt public. Donc rien ne peut se faire seul ; un conservateur doit s'attacher à être un maillon intelligent entre les élus, le Ministère de la Culture, le public des musées... et bien sûr avec sa propre équipe avec qui il travaille au quotidien.

 

5- Auriez-vous un conseil, une idée ou une citation qui vous correspond particulièrement et que vous souhaiteriez nous transmettre ?


 

En cette période de fin d'année, je formule plutôt un voeu, que l'année 2017 soit belle autour de l'Ephèbe, dont nous fêterons les trente ans du retour à Agde, le 19 Mai ! L'équipe des Musées prépare la célébration de cet anniversaire dont le programme sera bientôt rendu public.