Oenochoe

Oenochoe

Œnochoé est un mot grec qui signifie « verser le vin ».  Ce petit vase précieux à embouchure trilobée, faisait partie d’un service à boire d’époque romaine. 
Celui-ci a été découvert le 28 février 2008, par Gérard SANZ, au cours d’une plongée en apnée. Par 6 mètres de fond à l’Ouest de Brescou, il aperçut coincé dans les rochers, un petit vase couché de couleur bleue.
Ce vase se compose d’une panse ovoïde sur un pied annulaire, l’attache de l’anse reposant sur l’épaule est ornée du visage poupin « d’Héraclès enfant » portant la léonté. La figure joufflue émerge de la gueule du fauve, les pattes nouées sous le menton. Ce décor fait référence au premier des douze travaux d’Hercule (Héraclès) au cours duquel le héros a capturé un lion monstrueux.
Au dessus, on devine un calathos (corbeille à offrandes) utilisé comme la ciste dans les mystères d’Eleusis mettant en scène Déméter et sa fille Perséphone.
Le calathos est surmonté d’un visage de profil pouvant être celui de Déméter. La déesse apparaît ici couronnée d’un diadème orné d’un fruit (grenade). Au- dessus, un cartouche porte probablement un flambeau. Dans le contexte présent, ces éléments correspondent bien aux attributs assimilés à Déméter (grenades, calathos, flambeau).
La courbe supérieure de l’anse se déploie autour de l’arrière de l’embouchure sous la forme d’un protomé de lion dont les deux pattes, posées sur le marli, épousent l’embouchure trilobée du vase.
 

L’œnochoé au lion pourrait provenir de Campanie. Par sa forme et par son décor elle peut être datée du Ier siècle avant J.-C. et s’intègre parfaitement dans un style pompéien.